Actualités

Contenu

Semaine d’éducation et d’actions contre le racisme et l’antisémitisme

 

Piloté par la délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine LGBT (DILCRAH), le plan national de lutte contre le racisme et l’antisémitisme 2018-2020 présenté par le Premier ministre Edouard Philippe en mars 2018, mobilise l’ensemble des ministères pour mener quatre combats :

 
  • lutter contre la haine sur internet
  • éduquer contre les préjugés et les stéréotype
  • mieux accompagner les victimes
  • investir de nouveaux champs de mobilisation

La lutte contre le racisme et l’antisémitisme fait aujourd’hui l’objet d’une politique publique clairement identifiée, dotée d’un budget propre et animée par des acteurs reconnus aux niveaux national et local.

C’est l’objectif de ce nouveau plan national de lutte contre le racisme et l’antisémitisme déployé pour une période de trois ans, de 2018 à 2020. Il complète, renforce et prolonge les actions dans les domaines de la lutte contre les discriminations et de la prévention de la radicalisation, suite au plan 2015-2017.

Un réseau de partenaires locaux

Le réseau des partenaires de la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT s’étend sur l’ensemble du territoire. Les comités opérationnels de lutte contre le racisme et l’antisémitisme (CORA) installés dans chaque département, déclinent sur le terrain les mesures et orientations du plan interministériel de lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

Dans l’Allier, le CORA se réunit chaque année sous l’autorité du corps préfectoral et rassemble les acteurs du département : préfecture, sous-préfectures, direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP), police, gendarmerie, direction des services départementaux de l’éducation nationale (DSDEN), élus locaux. A l’occasion de ce comité, les projets d’actions présentés par les associations locales sont étudiées, et les dossiers retenus sont ensuite proposés à la délégation interministérielle.

Les actions dans le département

Trois porteurs de projets ont obtenu une subvention dans le département :

  1. Le centre social la Passerelle – Rue Pierre Boubet - Cusset
    Des ateliers de réflexion et d’écriture sur le thème de la lutte contre le racisme et la haine sont menés avec les adultes en classe d’apprentissage de la langue française depuis février. Après une découverte du sujet et du vocabulaire à travers différents supports (affiches, films, articles…), les apprenants ont fourni leurs premières productions orales. Dans un second temps, un travail de recherche et d’échange a permis de produire de courts textes, puis des storyboards sur la thématique. Ce sont ces productions que le centre social propose de faire découvrir le mardi 19 mars à partir de 13h30.
    Jeudi 21 mars à 14h aura lieu la diffusion du film Nous trois ou rien, de Kheiron, également ouverte à tous. Le même jour, une formation sera dispensée, réservée aux professionnels et bénévoles intervenants dans le quartier prioritaire de Presles-Arcins.
  2. L’association Les petits débrouillards
    Mise en place d’un café des sciences (en attente de plus d’infos).
  3. Centre d’information sur le droit des femmes et des familles de l’Allier
    Sur le thème Égaux, en route vers l’égalité, l’association propose des actions de prévention par l’éducation au droit et la citoyenneté à travers un projet ludique : puzzle de l’égalité pour les plus jeunes, jeu de plateau pour les plus de 10 ans. Ces actions se déclinent auprès de publics spécifiques tout au long de l’année, dans les établissements scolaires, centres sociaux…

En tout, ce sont ainsi 3 700 € qui sont mobilisés sur les actions prévues dans le département.

En 2017-2018, la mobilisation de l’État dans chaque département a permis la mise en œuvre de plus de 600 projets locaux et nationaux. L’ensemble des projets soutenus s’inscrivent dans le cadre du plan national de lutte contre le racisme et l’antisémitisme 2018-2020 et du plan de mobilisation contre la haine et les discriminations anti-LGBT. Les projets soutenus couvrent un large éventail d’actions : ateliers pédagogiques et artistiques, formation continue, aide aux victimes, projets de recherche universitaires, expositions itinérantes, etc.