Contenu

Peste porcine africaine en Belgique : des mesures de protection adoptées en France

 

Deux cas de peste porcine africaine survenus sur des sangliers sauvages en Belgique à proximité de la frontière française ont été confirmés le 13 septembre 2018.

 

La peste porcine africaine (PPA) en quelques mots

La peste porcine africaine est une maladie hémorragique hautement contagieuse qui touche les porcs, les phacochères, les sangliers d’Europe et d’Amérique. Toutes les classes d’âge sont également sensibles à la maladie. Sous ses formes virulentes, la mort survient en 2 à 10 jours en moyenne. La mortalité peut atteindre 100%. L’agent pathogène responsable de la peste porcine africaine est un virus à ADN.

Le virus est présent dans tous les liquides corporels et dans tous les tissus des porcs domestiques infectés. Les porcs sont généralement contaminés par un contact direct avec des porcs infectés ou par ingestion de déchets alimentaires contenant de la viande de porc non transformée contaminée, ou des produits qui en sont issus. Certains procédés de transformation ne détruisent pas le virus de la peste porcine africaine. Les mouches piqueuses et les tiques, les locaux contaminés, les véhicules, le matériel ou les vêtements peuvent aussi transmettre le virus à des animaux sensibles.

La peste porcine africaine peut être suspectée d’après les signes cliniques : hyperthermie, rougeurs cutanées des parties distales (oreilles, groin, queue), abattement, anorexie, troubles de la coordination, vomissements, diarrhées, mort rapide (mortalité proche de 100%).

Elle doit être confirmée par les épreuves de laboratoire prescrites.

Il n’existe aucun traitement décrit dans la littérature scientifique ni aucun vaccin contre cette maladie. Tous les programmes d’éradication fructueux ont reposé sur la rapidité du diagnostic, l’abattage et l’élimination de tous les animaux se trouvant dans des bâtiments contaminés, le nettoyage soigneux, la désinfection, la désinsectisation, le contrôle des mouvements et la surveillance.

La peste porcine africaine ne constitue pas une menace pour la santé de l’homme. Il ne s’agit pas d’une zoonose.

La situation épidémiologique de la PPA en Europe

Ces derniers mois ont été marqués par une progression de la PPA dans le Nord-Est de l’Europe. Elle a progressé à l’intérieur de l’Union européenne depuis les zones frontalières (progression particulièrement observée dans les pays Baltes et en Pologne) et une diffusion de la maladie « en tâche d’huile » continue à être observée dans et à partir des pays touchés , à savoir la Roumanie, la Moldavie, l’Ukraine, la Lituanie, la République Tchèque et la Pologne. Un foyer de PPA a été confirmé en Bulgarie le 31/08/2018 dans un élevage de porcs.

Le 13 septembre 2018, deux cas de peste porcine africaine ont été confirmés chez des sangliers en Belgique, à proximité de la frontière française et luxembourgeoise.

Des mesures d’urgences pour prévenir le risque d’introduction sur le territoire national

La confirmation, le 13 septembre dernier, de la présence du virus en Belgique constitue une progression inédite de la maladie qui exige une réponse à la hauteur des enjeux économiques considérables pour les filières agroalimentaires françaises.

Le ministre de l’agriculture et de l’alimentation a réunion le CNOPSAV (Comité national d’orientation de la politique animale et végétale) dès le 14 septembre dernier pour informer les acteurs de la filière de la situation et envisager les actions à mettre en œuvre.

Ainsi, le Ministre de l’agriculture et de l’alimentation a demandéaux préfets des Ardennes, de la Meuse, de la Moselle et de la Meurthe et Moselle, de mettre en place le plan d’action renforcé spécifique à cette maladie, sous la coordination de la DGAL (Direction générale de l’alimentation) afin de prévenir l’introduction du virus sur notre territoire national.

Il est également prévu des mesures de zonage, de restrictions de certaines activités comme la chasse et de surveillance renforcée des élevages et de la faune sauvage soient mises en place dans 4 départements frontaliers avec la Belgique.

Actions mises en œuvre dans le département de l’Allier

Sur l’ensemble du territoire, ce plan prévoit également le renforcement des mesures de biosécurité pour éviter l’introduction du virus dans les élevages porcins et des mesures de surveillance en abattoir.

Par conséquent, pour le département de l’Allier, aujourd’hui indemne de peste porcine et éloigné du foyer belge, la principale mesure de prévention consiste à rappeler et faire appliquer strictement les mesures de biosécurité en élevage et pendant le transport de porcs.

Dans ce contexte, une plaquette rappelant les mesures de biosécurité à respecter (format pdf - 347 ko - 17/09/2018) ) a été diffusée auprès des principaux acteurs de la filière dans le département de l’Allier.

Liens utiles

Pour plus d’informations : http://agriculture.gouv.fr/peste-porcine-africaine-ppa-agir-pour-prevenir

Contacts :

Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations de l’Allier
Service Santé, Protection des Animaux et de l’Environnement
20 Rue Aristide Briand
CS 60042
03402 YZEURE Cedex
Téléphone : 04 70 48 35 00
Télécopie : 04 70 48 36 47
Courriel : ddcspp@allier.gouv.fr