Contenu

Jacqueline Gourault en visite dans le département

 

Après plusieurs mois de travaux, les membres de la mission « agenda rural » ont remis vendredi 26 juillet à Saint-Bonnet-de-Rochefort leur rapport à Jacqueline GOURAULT. Dans le cadre de ce rapport, les cinq élus de la ruralité ont formulé 200 propositions dans des domaines très divers tels que l’accès aux services publics, la revitalisation des territoires, la transition écologique, l’agriculture, la santé, l’emploi ou encore la jeunesse.

 

Dans le discours qui s’en est suivi, en présence des acteurs locaux de la ruralité, la ministre a tenu à « saluer l’engagement des membres de la mission et à leur adresser ses sincères remerciements pour ce travail important qui va permettre de nourrir l’élaboration de l’agenda rural du Gouvernement, et d’apporter des réponses concrètes qui amélioreront la vie quotidienne des habitants des territoires ruraux ».

Elle s’est engagée à ce que l’ensemble des propositions fassent l’objet d’une analyse attentive, approfondie et rapide de la part des services de l’État afin que l’agenda rural du Gouvernement puisse être annoncé et mis en œuvre dans les meilleurs délais, dès le second semestre de cette année.
Elle s’est ensuite allée à la rencontre des responsables du village d’entreprises du site Naturopôle Nutrition Santé, témoin du dynamisme local, avant de se rendre à Marcillat-en-Combraille. Après avoir rencontré le maire du village et son conseil municipal, elle a découvert la Maison de services au public (MSAP) et les services proposés.
Enfin la ministre s’est rendue au centre social rural pour échanger avec les personnes âgées résidant au foyer d’hébergement temporaire et les enfants du centre de loisirs.

Qu’est-ce que « l’agenda rural » ?

L’élaboration d’un « agenda rural » - c’est-à-dire d’un plan d’actions en faveur des ruralités ayant vocation à s’inscrire dans la durée – constitue une demande de l’Association des Maires ruraux de France (AMRF), l’Association Nationale Nouvelle Ruralité (ANNR) et l’association internationale Rural Environnement Développement (RED) à laquelle le Président de la République a répondu favorablement.
Le terme « agenda rural » fait écho à la résolution du Parlement européen du 3 octobre dernier à travers laquelle les députés européens avaient appelé à la mise en place d’un « agenda rural européen » qui serait le pendant de « l’agenda urbain de l’Union européenne », déjà existant.
La France, par la voix de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, a été le premier des États-membres de l’UE à soutenir l’élaboration d’un « agenda rural européen ». Jacqueline GOURAULT s’était alors engagée à déployer un « agenda rural » à l’échelle nationale, sans attendre la création de l’agenda rural européen.
Alors que le Président de la République a fait de la réduction des inégalités territoriales et du développement harmonieux et équilibré des territoires l’une des priorités de son action, la mise en place d’un agenda rural permettra d’ancrer dans la durée les actions du Gouvernement en faveur des ruralités.